Cyber-renseignement: « L’Afrique n’a aucun secret pour l’Occident » (expert sénégalais)

Abdoul Latif Aidara, directeur de l’Observatoire des menaces terroristes, des radicalismes, des risques criminels et cindyniques (OM2R), évoque l’énorme retard de l’Afrique en matière de cyber-renseignement.

 

L’article Cyber-renseignement: « L’Afrique n’a aucun secret pour l’Occident » (expert sénégalais) est apparu en premier sur Pouvoirs d’Afrique.



La source directe

Grande-Marlaska: la visite officielle des Souverains espagnols au Royaume confirme que le Maroc et l’Espagne sont plus que deux pays voisins

La visite officielle des Souverains espagnols au Maroc, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, constitue « un événement important et distingué » qui illustre les relations « fraternelles  » entre les deux Familles Royales, a souligné le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska. Dans une interview à la MAP, M.



La source directe

Pleins feux à Essaouira sur les œuvres artistiques de Souad Ftouhi

Essaouira, 11/02/2019 (MAP)- L’artiste aux multiples talents, Souad Ftouhi, expose depuis lundi et jusqu’au 23 février à Essaouira, ses œuvres artistiques les plus originales alliant, subtilement, photographie et peinture, sous le signe « Tamghart (femme en amazigh) : Colère planquée ».

Visible aux cimaises de l’espace d’exposition « Tayeb Sediki » à Dar Souiri, cette exposition riche en couleurs s’inscrit dans le cadre des activités artistiques et culturelles programmées au titre du mois de février par l’Association Essaouira-Mogador, visant à contribuer à la dynamique et au rayonnement socioculturels que connait la cité des alizés.

Composée de 21 œuvres artistiques en « doré » mais aussi en « noir et blanc », cette exposition est une invitation solennelle du public et des mordus des arts parmi les plus avertis, pour un long et passionnant périple au cœur du travail artistique de Souad Ftouhi. Une œuvre riche en symboles et si singulière pour être soigneusement articulée autour du corps humain notamment celui de la femme.

En d’autres termes, les œuvres picturales de Souad Ftouhi ne sont autres que des « autoportraits » que l’artiste a bien voulu confectionner en toute finesse et délicatesse, le temps d’exprimer et d’extérioriser de manière éloquente, ses sentiments, ses émotions, ainsi que son état d’âme et ce, en réaction aux aléas du temps et aux imprévus de la vie quotidienne.

« Ma démarche artistique s’exprime au travers d’intégration in-situ mettant en jeu des extrapolations au-delà des limites physiques même de chaque œuvre, interrogeant l’imaginaire de chacun par le biais de ces réceptions », a confié à la MAP, Souad Ftouhi.

Et de poursuivre que son travail se convoque et parfois provoque l’individu, que ce soit dans son rapport physique au contexte dans lequel il se trouve, comme dans un rapport mental et psychologique lié à son statut imposé de spectateur.

« Il s’agit de cibler des frontières et les contingences habituelles entre œuvre, contexte et spectateur afin de les repousser, de simplement les révéler, participant d’un côté avec leur présence spontanée et constituant par l’autre, les éléments vivants indispensables d’une œuvre », a-t-elle conclu.

Sur l’œuvre artistique de Souad Ftouhi, l’artiste Mbarek Bouhchichi écrivait que « le corps autrement, « L’espace » féminin, et tout ce qui le constitue est le terrain d’action de Souad Ftouhi.

Pour cette artiste, a ajouté M. Bouhchichi, « l’espace » féminin demeure le premier support de sa créativité plastique. Elle intervient in-situ dans un lieu chaque fois différent et son travail évolue en relation avec les espaces qu’elle est amenée à rencontrer, faisant observer qu’en général, elle parcourt le corps de la femme à travers son propre corps en relevant son architecture, son histoire et sa recharge psychologiques.

À partir de ces différentes données, Souad Ftouhi définit un point de vue autour duquel son intervention prend forme. Si elle établit un rapport particulier avec son corps qu’elle transpose sur autrui et qui influe sur la forme et le processus de son travail, ses œuvres gardent toutefois une indépendance quel que soit son point de départ, ajoute-t-il.

Et de conclure que Ftouhi part d’une situation réelle, comme le cas de sa série de photos, pour construire son œuvre: cette réalité n’est jamais altérée, effacée ou modifiée, elle l’intéresse et elle l‘attire dans sa complexité et sa picturalité. Sa pratique est de travailler sur le cru, sur soi, ici et maintenant.

Vivant et travaillant entre Rabat et Essaouira, Souad Ftouhi est lauréate de l’Institut des Beaux Arts de Tétouan. Ayant décroché en mai 2002, le 1er prix de la peinture au Maroc par NDI (USA), et remporté le concours artistique total en 2001, Souad Ftouhi a participé à travers ses œuvres, à plusieurs événements artistiques d’envergure notamment, le festival international de la femme en mars 2013 à Rabat, le Salon National des Jeunes artistes contemporains en février 2011, et à l’exposition collective Juan de la Cierva à Tétouan en mai 2003.

L’artiste a, en outre, animé plusieurs ateliers en arts plastiques notamment, la création de maquettes et d’installations artistiques au profit de plusieurs associations et de jeunes enfants.

The post Pleins feux à Essaouira sur les œuvres artistiques de Souad Ftouhi appeared first on MapMarrakech.



La source directe

Conseil des ministres: Du sang neuf dans les ambassades

La nomination de nouveaux ambassadeurs lors du Conseil des ministres présidé par le Roi, jeudi dernier, à Marrakech, était très attendue. Plusieurs anciens ambassadeurs avaient laissé leurs postes vacants depuis quelques mois, après qu’ils aient été chargés de nouvelles missions. C’est le cas notamment pour les représentations du Maroc auprès de l’Union européenne.



La source directe

Lutte contre la violence: Le Maroc dispose d’un arsenal législatif avancé

Lutte contre la violence: Le Maroc dispose d’un arsenal législatif avancé
vendredi, 28 décembre, 2018 à 11:41
Rabat – Le Maroc dispose d’un arsenal constitutionnel et législatif avancé et d’une jurisprudence solide en matière de lutte contre la violence à l’égard des femmes et des enfants, a souligné, jeudi à Rabat, le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, premier président de la Cour de cassation, Mustapha Fares.

Intervenant lors d’une conférence organisée par l’amicale Hassania des magistrats, autour du traitement juridique de la violence contre les femmes et des enfants après la publication de la loi contre la violence à l’égard des femmes et la loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains, M. Fares a indiqué dans une allocution lue en son nom que l’action judiciaire doit être accompagnée sur le plan législatif, institutionnel, et réglementaire en vue de relever le seuil des garanties et de mettre en place une nouvelle culture sociétale fondée sur les valeurs de dialogue, d’écoute, de responsabilité et de la reddition des comptes.



La source directe

Affaire Bouamatou: l’opposition mauritanienne interpelle l’ambassadeur du Maroc à Nouakchott

Hamid Chabar, ambassadeur du Maroc à Nouakchott. MAECI

Le cas de Mohamed Ould Bouamatou, richissime opposant au régime du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz continue de faire des vagues. Interdit de séjour par Rabat après une sombre histoire de diffusion d’images de faux passeports marocains attribués à l’homme fort de Nouakchott, un collectif de 12 organisations représentant l’opposition mauritanienne lui apporte son soutien dans une lettre transmise à l’ambassadeur du Maroc, Hamid Chabar

Un collectif de 12 organisations politiques, syndicales et membres de la société civile mauritanienne, représentant un large spectre de l’opposition au président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a transmis le 26 décembre une lettre à Hamid Chabar, ambassadeur du Maroc à Nouakchott, à travers laquelle ces instances expriment leur surprise quant au traitement infligé par Rabat à Mohamed Ould Bouamatou, opposant déclaré au régime en place depuis de nombreuses années.

Le 21 décembre, la diplomatie marocaine accusait le milliardaire exilé en Europe, d’avoir fait circuler sur les réseaux sociaux des images de prétendus passeports marocains, supposés appartenir à l’homme fort de Nouakchott et un membre de sa famille. Des documents déclarés de « faux grossiers » par Rabat, qui l’a immédiatement interdit de séjour, alors qu’il y a quelques années, celui-ci jouissait encore des protections de la DGED et résidait régulièrement sur le territoire marocain.

Yassine Mansouri (DGED) (second plan) et Hamid Chabar, ambassadeur du Maroc à Nouakchott. AL OULA

« Nous avons été surpris du contenu de ce communiqué, d’autant que nous savons tout le respect que l’intéressé accorde aux lois et règlements du Royaume qu’il a choisi comme lieu d’exil et comme une seconde patrie, lorsqu’il fut contraint de quitter son pays. Nous tenons donc à exprimer notre étonnement de le voir objet d’accusation de falsification de documents et tout particulièrement de documents officiels marocains. D’autant que l’intéressé lui-même a réfuté, par l’intermédiaire de son avocat, toute implication dans cette affaire », peut-on lire dans la correspondance dont Le Desk détient copie.

Les organisations signataires de la lettre à l’ambassadeur Hamid Chabar : Union des forces pour le Progrès (UFP)Président Mohamed Ould Maouloud Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD)Vice-Président Mohamed Mahmoud Ould Emat Rassemblement National pour la Reforme et le Développement (TEWASSOUL)Vice-Président Saleck Ould Sidi Mahmoud Mouvement Pour la Refondation (MPR) Président Hamidou Baba Kane Parti de la Convergence Démocratique Nationale (CDN)Président Mahfoud Ould Bettah Parti Moustaghbel President Moctar Ould Sidi Moauloud Parti de l’Unité et du Changement (HATEM)Président Saleh Ould Hanene Mouvement pour le Changement Démocratique (MCD)Président Moussa Fall Rassemblement pour la Démocratie et l’Unité (RDU)Vice-Président Mohamed Ould Ismail Ould Abeidna Pole des Personnalités Indépendantes (FORUM)Yeslem Ould Ebnou Abdem Pole des syndicats (FORUM)Samori Ould Bey Pole de la Société Civile (FORUM)Sarr Mamadou

« Il ne saurait vous échapper que M. Mohamed Ould Bouamatou est un membre de l’opposition démocratique mauritanienne et que ses positions à l’égard du régime en place se sont toujours inscrites dans le cadre permis par la Constitution et les lois à tout opposant démocrate », ajoute le texte. « Il ne vous échappe pas, par ailleurs, que le gouvernement mauritanien s’emploie à le poursuivre et à le harceler devant toutes instances internationales et auprès des pays amis et frères. Les opposants mauritaniens font en effet constamment face aux calomnies et diffamations de la part du régi », poursuit-il.

Mohamed Ould Bouamatou, homme d’affaires mauritanien. En délicatesse avec le pouvoir de Nouakchott, il avait trouvé refuge au Maroc en 2010, avant de rallier la Belgique. LE DESK

« Au vu des considérations qui précèdent, nous sollicitons auprès de Votre Excellence la prise en compte de ces données et la vérification minutieuse des informations relatives à cette question qui, dans son essence, relève des affaires internes de la Mauritanie, et ce en conformité avec l’intérêt particulier que le Royaume du Maroc accorde à la préservation des relations étroites qui lient les deux peuples frères de du Maroc et de la Mauritanie », demandent ainsi les instances de l’opposition à l’ambassadeur du Maroc.

Une requête qui fait suite à celle du célèbre avocat parisien Me William Bourdon. Connu pour son engagement pour diverses causes, celui qui représente les intérêts de Mohamed Ould Bouamatou, indiquait à travers un communiqué parvenu au Desk le 21 décembre, que « son client s’inscrit en faux contre ces prétendus agissements et assure n’avoir jamais diffusé de telles images. M. Bouamatou défie quiconque de lui démontrer le contraire. Il eut été totalement absurde et irrationnel pour lui, compte tenu des contentieux lourds qui l’opposent au régime mauritanien, d’agir de la sorte ».

 

A ce jour, le département de Nasser Bourita n’a pas réagi aux répliques de la défense de l’opposant mauritanien, ni à la missive transmise à l’ambassadeur Chabar.

Depuis quelques temps, et après une longue période de relations glaciales, Rabat et Nouakchott ont entamé un rapprochement perceptible suite à un ballet diplomatique entre les deux capitales sur fond de reprise, sous les auspices de l’ONU, des pourparlers, début décembre à Genève, entre les parties impliquées dans l’épineux dossier du Sahara Occidental…



La source directe

BLOG- La stratégie marocaine en matière de lutte contre le terrorisme


FADEL SENNA via Getty Images
Membres du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), lors d’une démonstration ouverte au public en septembre 2018.

L’arrestation de plusieurs terroristes qui ont exécuté l’acte du meurtre violent de deux touristes étrangères, dernièrement, près d’Imlil dans la région de Marrakech nous a appris l’efficacité des services sécuritaires et de renseignements au Maroc. Cela s’explique par l’expertise marocaine en matière de lutte contre le terrorisme.

Le royaume du Maroc a en effet placé la lutte contre le terrorisme en tête de ses priorités, développant une stratégie multidimensionnelle en matière de lutte contre le terrorisme qui a porté ses fruits. Cette stratégie de lutte contre le terrorisme est basée sur un système à trois piliers: le renforcement de la sécurité intérieure, la lutte contre la pauvreté et les réformes religieuses. 

Il a de même été procédé à la création du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), en 2015, en tant qu’organisme chef de file de la lutte antiterroriste au Maroc, rappelant que depuis cette année, les services du BCIJ, avec sérieux et compétence, faisaient face avec succès à la menace terroriste, en réussissant à démanteler plusieurs groupes terroristes liés à des réseaux internationaux, comme Daech et Al-Qaïda, en évitant plusieurs attaques terroristes au Maroc grâce à leur stratégie anticipative.

Le royaume du Maroc déploie non seulement des efforts colossaux pour garantir sa sécurité nationale, mais il a par ailleurs une expérience reconnue dans la lutte antiterroriste à l’échelle internationale et, par conséquent, en faveur de la stabilité et la sécurité dans le monde .

Le terrorisme trouve son origine dans plusieurs causes, entre autres l’instrumentalisation du religieux, car les mouvements extrémistes ont pris la religion en otage à des fins politiques. Raison pour laquelle il avait fallu maîtriser le champ religieux. Cette action a été conduite sous l’autorité du roi Mohammed VI, Commandeur des croyants, qui dispose de la légitimité religieuse nécessaire pour être le chef de file de la lutte contre l’extrémisme, en luttant contre le discours extrémiste et en promouvant les principes de l’Islam tolérant.

Aussi, le Maroc, qui a cumulé une expertise reconnue et une action efficace dans le domaine sécuritaire, est le seul qui oppose un discours construit et une stratégie d’envergure contre la radicalisation. Parallèlement, il associe son action, dans le champs religieux, à une dimension économique et sociale, à savoir que le souverain a placé en tête de ses priorités les objectifs de développement économique et humain. Cette approche consiste à mettre en œuvre des actions pour lutter contre l’exclusion, la précarité et la pauvreté.

En effet , le rôle du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme et de maintien de la stabilité et la sécurité est apprécié par la communauté internationale. 

L’approche sécuritaire est nécessaire pour lutter contre le terrorisme, et a donné ses fruits grâce au BCIJ, mais elle est insuffisante, d’où l’adoption d’une approche globale, multidimensionnelle et multisectorielle dans la lutte contre le terrorisme, qui s’articule autour du volet socio-économique.

En conséquence, le royaume du Maroc est pleinement conscient que le défi de la lutte contre l’extrémisme religieux doit être relevé collectivement à travers un engagement de tous les intervenants: les institutions de l’État, les collectivités locales, les partis politiques, la société civile, les Imams modérés, etc.





La source directe

"Bird Box" avec Sandra Bullock a beaucoup inspiré les spectateurs

NETFLIX – C’est le nouveau thriller apocalyptique de Netflix : “Bird Box”, sorti le 21 décembre. Réalisé par la Danoise Susanne Bier et adapté du roman de Josh Malerman, le film met en scène l’actrice Sandra Bullock dans le rôle de Malorie Hayes. Avec ses deux enfants, ils tentent de survivre face à une entité invisible qui décime la population mondiale. Ils prennent la fuite pour rejoindre un camp de survivants, mais pour éviter de se faire tuer, ils doivent se bander les yeux tout le long de leur escapade.

Après sa sortie, le phénomène “Bird Box” a envahi les réseaux sociaux et est devenu un véritable mème. Les fans se sont amusés à se mettre en scène les yeux bandés ou a tweeter des images et/ou vidéos en lien avec le comportement de Malorie. Et certains tweets sont franchement drôles!

Cependant, d’autres internautes se sont un peu moins emballés. Ils pensent que le film est à éviter et mettent surtout en garde les personnes sensibles au suicide, puisque Netflix ne le fait pas avant le début du film. La plateforme annonce bien la présence de scènes violentes mais sans pour autant mentionner celles sur le suicide.

 

“PS: Ne regardez pas le film ‘Bird Box’ sur Netflix avec Sandra Bullock si vous êtes sensible à tout ce qui touche au suicide”.

C’est à se demander si la plateforme finira par réagir en rajoutant des messages d’avertissement, comme elle avait dû le faire après la polémique sur “13 Reasons Why”.

Cet article a initialement publié sur Le HuffPost Maroc.





La source directe