Zemmour et son pote le p’tit Jésus


 Il insulte Hapsatou Sy parce qu’elle a le teint noir, comme il étend sa ire sut toutes les Aïcha, Leïla, Fatima dont les sonorités nominales ne sont pas franchement catholiques. Le pouce tourné vers le bas, Haro sur les noirs et les arabes. On ne savait pas que le racisme peaucier pouvait s’exprimer aussi librement à la télévision française.

Il bichonne  » l’histoire de France  » avec un culot extraordinaire. C’est son histoire à lui … à moi que j’ai, compressée dans une boîte a Kleenex. Il était une fois une crèche qui n’aurait pas dû être installée dans une mairie républicaine. Crime absolu, pire que les 5000 disparus dans le tsunami d’Indonésie, pire que les deux cent cinquante mille morts à Mossoul écrasés par les bombardiers français enrôlés dans la coalition américo-sioniste. Sur cette lancée – aux antipodes du peintre Pierre Soulages – le p’tit Jésus ne devait pas recevoir la visite de Balthazar, parce que ce Mage a le teint noir, comme Hapsatou Sy. Les Rois Mages de la chrétienté allèguent une dimension planétaire. Balthazar viendrait d’Afrique, Melchior d’Asie, Gaspard de Perse ( l’Iran islamisé ). Ces  » visiteurs  » viennent saluer et reconnaître l’enfant jésus, le christianisme ayant sans doute considéré que cette visite pieusement régalienne ne pouvait que favoriser son expansion confessionnelle et coloniale. En rejetant Balthazar et Gaspard, Zemmour trahit le mythe chrétien. Il mutile un texte – quand bien même celui ci  ne serait qu’une légende –  laissant transpirer quelque Reconquista sous-jacente. Les signes mènent au concept. On peut se demander si certains cerveaux dérangés cherchent à compenser leurs obsessions en imaginant les Croisades d’antan, le défouloir bon marché, chaussant la cotte de maille et mimant les batailles de Bouvines et de Solférino. 

L’histoire de France n’est pas uniquement celle des rois et des épopées guerrières. Elle est aussi culturelle, plus profonde mais aussi plus ignorée. On marquera sommairement les étapes de son évolution par rapport à d’autres pays soi-disant inférieurs. Au moyen- âge le France était analphabète à 95 % . Qui dit culture dit livres, bibliothèques, universités. En tout humilité, la première bibliothèque française fut instauré par Charles V au quatorzième  siècle. Elle ne comportait que 1000 manuscrits. Au dixième siècle ( quatre siècles avant Charles V ) les Omeyades arabes de Cordoue possédaient 70 bibliothèques de 400 000 ouvrages, dont 44 volumes pour un seul catalogue. On dénombrait 1600 mosquées. Cordoue était la ville la plus peuplée d’Europe, forte de 250 000 à 300 000 habitants, alors que les plus grandes ville de l’occident chrétien dépassaient rarement 5000 habitants.  A Paris la première université date de 1 200 ans, celle du monde arabe date de 732 implantée au Maroc. Les Lumières du 16 ème siècle  se sont largement inspirées de la culture arabe, pionnière en mathématiques, astronomie, philosophie, physiologie optique, médecine, sociologie, calligraphie. 

Hola monsieur Zemmour, quand l’histoire culturelle de France a cinq siècles de retard sur les sciences arabes, on se fait moins goguenard, on ferme sa gueule et on dit merci Sy !

              Bernard Cattiaux 01

 

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.



Source link