Le CNDH, un acteur incontournable au Maroc notamment dans le domaine de l’ancrage et de l’éducation aux droits de l’Homme

Le CNDH, un acteur incontournable au Maroc notamment dans le domaine de l’ancrage et de l’éducation aux droits de l’Homme


Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) est un acteur actif au Maroc notamment dans le domaine de l’ancrage et de l’éducation aux droits de l’Homme, a souligné à Marrakech, la présidente de l’Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l’Homme (GANHRI), Beate Rudolf.

« Le CNDH est un acteur actif dans le domaine de l’éducation aux droits de l’Homme non seulement des nouvelles générations mais aussi pour tous les organes de l’Etat afin que la notion des droits de l’Homme soit intégrée dans leurs activités quotidiennes », a indiqué Mme Rudolph dans une déclaration à la MAP en marge de la 13è Conférence internationale des Institutions nationales des droits de l’Homme (Marrakech 10-12 octobre).

Mme Rudolph, également directrice de l’Institut des droits de l’Homme en Allemagne (German Institute for human rights), a fait remarquer que cette institution marocaine de promotion et de protection des droits de l’Homme est très dynamique au sein de la GANHRI, dans des questions importantes telles que l’entreprise et les droits de l’Homme mais aussi dans les négociations pour un pacte global sur la migration.

Cette militante des droits de l’Homme a par ailleurs, relevé que les Institutions nationales des droits de l’Homme (INDHs), qui jouent le rôle de pont entre l’Etat et la société civile, sont appelées à développer des points focaux pour soutenir et protéger les défenseurs des droits de l’Homme.

Elles doivent aussi donner leurs avis aux gouvernements et aux parlements pour changer les lois et pour qu’il y ait un libre débat dans les pays, a-t-elle ajouté, estimant qu’il est de l’intérêt de tout le monde de garantir la protection des droits de l’Homme.

Les Etats ont besoin d’une société civile active et des INDHs fortes qui donnent des recommandations aux gouvernements, a-t-elle indiqué, mettant l’accent sur le caractère spécifique des problèmes relatifs à la protection des droits de l’Homme pour chaque pays.

Concernant le phénomène de la migration, Mme Rudolph a appelé à la protection des migrants contre la discrimination raciale et à respecter leurs droits fondamentaux.

S’agissant de la 13è Conférence internationale des INDH, elle a indiqué que les participants discuteront principalement des moyens susceptibles de garantir la protection des défenseurs des droits de l’Homme et d’élargir l’espace civique.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette rencontre, initiée par la GANHRI et le CNDH, en coopération avec le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH), offre l’occasion à quelque 300 participants pour débattre de la question principale de l’élargissement de l’espace civique et de la promotion et la protection des défenseurs des droits de l’Homme, avec un accent particulier sur le rôle des femmes actives dans le domaine.

Les travaux de la 13è Conférence internationale des INDHs sont axés essentiellement sur les facteurs politiques, économiques et sociétaux et leurs interactions à l’origine des menaces qui pèsent sur l’espace civique et les défenseurs des droits de l’Homme.

Par ailleurs, la conférence aborde plusieurs sous-thèmes, notamment les éléments fondamentaux pour créer un environnement favorable en matière de liberté d’expression, de réunion, d’association et d’accès à la justice, les menaces auxquelles fait face l’espace civique et les moyens de le surveiller, le devoir de protéger les défenseurs des droits de l’Homme, y compris les INDHs, et l’importance de promouvoir la participation dans les affaires publiques, faire entendre la voix des citoyens et favoriser la coopération et les partenariats.

La conférence s’achèvera par l’adoption d’une déclaration finale qui devra définir une stratégie et des actions pour les INDHs, la GANHRI et les réseaux régionaux, ainsi qu’une feuille de route pour les plans d’action régionaux.

MAP: 11/10/2018

Source